Juin 2017 – L’exposition – Alain Briand

Alain Briand

Peintre

du 1er  au 30 juin

Les toiles d’Alain Briand sont extraites de l’évolution la plus récente de son travail. Il s’agit de dix DSCF5524abstractions “ méritées “ réalisées à partir de “unes “ du Courrier International. Le premier stade du travail consiste à mettre en évidence tout ce qui n’est pas imprimé. Il relie le mot supérieur au mot inférieur le plus proche avec la couleur du mot supérieur. Lorsque plusieurs mots se situent sous le mot supérieur, cela provoque  des  “virgules “ qui se mettent à vibrer. Elles vont constituer ce qu’il appelle “ la lecture des silences “.  Alain Briand matérialiser en négatif ces “ silences “ majoritairement blancs, pour devenir noirs. Si le “silence” traverse un mot imprimé en couleur, la zone concernée va prendre cette couleur. Puis il va matérialiser les zones non écrites mais imprimées, qu’il traduira par un aplat de la couleur dominante. L’artiste fusionne alors ces deux dernières étapes. C’est cette fusion qui va constituer le document qui servira à réaliser la toile. Ce document devient “l’abstraction méritée de la lecture des silences du support choisi.» “L’abstraction  méritée » car rien n’est le fruit du hasard. L’image obtenue est agrandie en 146×114 cm. Les éléments sont alors scannés et réimprimés en négatif couleur (avec la complémentaire des couleurs du document d’origine.) L’opération est réalisée sur papier de soie et l’ensemble marouflé sur toile de lin. Enfin, l’artiste couvre au couteau et à l’acrylique les couleurs  “complémentaires” par les couleurs d’origines, laissant apparaitre  accidentellement la couleur complémentaire. Le souci d’Alain Briand est de nous proposer une œuvre abstraite mais néanmoins conceptuelle. Peu importe la complexité du travail préparatoire, l’artiste aime à penser que les visiteurs seront simplement émus de leur premier regard sur ces toiles. En plus de ce travail, l’artiste présente son diptyque sur “les droits de l’homme et du citoyen », maquette destinée à réaliser deux bas-reliefs. L’un sous forme de vitrail rétro éclairé et l’autre en marbre blanc. Il nous montre d’une autre façon les profondeurs abyssal du silence.

 

A.BRIAND_“SILENCES”_HD_Page_094

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

AlphaOmega Captcha Classica  –  Enter Security Code